Accueil > La Méthode AIT en Français > Témoignages. > * Témoignages Autisme

* Témoignages Autisme

Petite vidéo de Francesco Maria V. à regarder avec l’audio allumé

Avant la Méthode AIT

MPEG4 - 5.9 Mo

Après la Méthode AIT

MPEG4 - 9.5 Mo


Francesco R, 6 ans, Milano, 2016, au 7° jour du cycle AIT
Francesco est autiste avec problèmes de langage, d’interaction sociale et d’hypersensibilité auditive.
Au septième jour de l’AIT nous sommes ébahis des résultats positifs et évidents. En plus d’être une thérapie plaisante pour lui, nous avons noté des changements depuis le premier jour.
Du début : une plus grande présence, un meilleur contact oculaire et une grande envie de communiquer. Après quelques jours : apparition d’un langage verbal surprenant  : nouveau vocabulaire, phrases plus longues, conjugaison des verbes, ton de voix fort et variable selon le contexte. Il a envie de danser et de chanter. Le bruit du mixeur ne le gêne plus. Apparition de l’interaction sociale : il salue et remercie spontanément, il est plus à l’aise. En outre il est serein, joyeux et dort profondément.
Nous sommes heureux d’avoir entrepris ce chemin avec Sophie Chastel qui est très professionnelle, expérimentée et gentille. Nous conseillons vivement cette méthode à d’autre famille, et nous attendons encore d’autres résultats positifs dans les prochains mois !
La mère, Carolina B.

Gloria M, 9 ans, Forlì, 2015, 3 mois après le cycle AIT
Gloria est une enfant autiste non verbale qui avait avec une forte sensibilité auditive. Elle se bouchait les oreilles à peine sortie de la maison avec un visage contracté et soufrant. Elle ne supportait pas la foule. Elle comprenant peu, indiquait avec le doigt. Elle était souvent impatiente, capricieuse et opposante.
J’ai entrepris la méthode AIT dans l’espoir d’améliorer cette condition invalidante.
A ma grande surprise à la première séance Gloria a gardé le casque de musique en tête. J’ai noté un changement déjà au quatrième jour des séances. Durant les trajets jusqu’au Centre Agor Gloria ne se bouchait plus les oreilles et était souriante.
A distance de 3 mois je constate (ainsi que les enseignantes et son père, qui était très sceptique) que Gloria ne se bouche presque plus les oreilles, maintenant nous pouvons faire des courses sans problème, elle écoute, comprend presque tout. Elle arrive à rester assise et à attendre beaucoup plus longtemps. A la maison elle est devenue plus autonome et n’est plus opposante. Et enfin elle vocalise beaucoup plus.
Au vu du succès obtenu je suis décidée à entreprendre un autre cycle AIT.
Je remercie de tout cœur Mme Chastel
La mère, Elisa G

Francesco Maria V, 8 ans, Genova, 2014, durant le cycle AIT.
Nous sommes les parents de Francesco et avons commencé le cycle AIT en août.
Francesco est atteint d’autisme, il est verbal, lit écrit …mais a une hypersensibilité auditive marquée. Beaucoup de sonorités sont pour lui source de douleur, de stress, de peur et en déterminent par conséquent le comportement.
À environ mi parcours nous notons que Francesco prête beaucoup moins attention aux bruits, il les entend mais ceux ci ne le gênent/effraient plus. Francesco m’a dit : maintenant les bruits ne me font plus mal aux oreilles !
Le comportement s’est amélioré et le langage est beaucoup plus approprié et clair.
Nous sommes reconnaissants et heureux de ce parcours entrepris au Centre Agor avec Madame Chastel et la Méthode AIT.
La mère, Sylvia B

Miriam I, 11 ans, Tavagnasco, 2013, au 10°jour de l’AIT
La mère : Tu te sens mieux depuis que tu vas chez Sophie ?
Miriam : oui il y moins de confusion dans ma tête
La mère : Que veux tu dire à Sophie ?
Miriam : merci sophie je me sens mieux je suis renée maintenant j’entends les voix de qui me parle plus claire tu m’as améliorée mon rêve est de parler et je veux guérir je t’aime bien...

Justus M, 7 ans, Karlsruhe, 2012, un mois après le cycle AIT.
Justus est un enfant autiste avec des troubles de l’attention prononcé. Avant le cycle, il avait un fort comportement oppositionnel jusqu’à la brutalité. Il ne disait que quelques mots et rien d’expressif. L’hyperactivité ne permettait qu’une faible concentration ne pouvant aller que jusqu’à 10 minutes. Justus était souvent difficile à calmer, légèrement déprimé et souvent triste.
Durant les séances AIT il se balançait au rythme de la musique et ensuite il continuait à chanter et danser. Il était très heureux. Au sixième jour son comportement social s’est amélioré et la violence a fortement diminué, la colère était là seulement quand il était fatigué et qu’il ne pouvait pas exprimer ses désirs.
Aujourd’hui, Justus s’exprime mieux avec un langage expressif. La durée de l’attention est augmentée. Il s’épuise moins rapidement et est souvent très joyeux.
Les parents, Sibille et Wolfgang M.

Une ergothérapeute du Centre ErgotherapieMarian qui suit un enfant autiste de 10 ans témoigne des changements durant le cycle AIT et après trois mois, Karlsrhue, 2012.
C’est un enfant autiste avec un beau visage mais qui était toujours pâle.
Il n’était pas très câlin avec sa mère et ne souriait presque jamais. Il ne supportait pas les bruits de la rue, de l’école ou de la foule.
Déjà deux jours après le début du cycle AIT il s’est mis à sourire du matin au soir, commençant même à blaguer avec sa mère. Il était de en plus câlin avec elle et après la troisième journée il ne se bouchait presque plus les oreilles.
Après l’AIT et jusqu’à ce jour il est très affectueux avec sa mère, maintenant il pleure quand elle n’est pas là. La mère est devenue sa compagne de jeu préférée.
Il n’est plus effrayé par la soudaineté des bruits et arrive à rester parmi les gens sans s’énerver.
Angelika Marian

Alessia P, 6 ans, Avellino, 2011, durant le cycle AIT
Ma fille présente un trouble envahissant du comportement et souffre d’une forte « sensibilité aux bruits », elle réagit en s’enfuyant ou en se bouchant les oreilles à différents bruits : aspirateur, mixeur, tondeuse à gazon, moto, ambulance, cris des animaux. Nous avons donc décidé d’entreprendre un cycle AIT.
A seulement quelques jours du début, nous avons noté par hasard une amélioration de l’hypersensibilité au bruit de l’ambulance et du motoculteur : Alessia ne s’est pas enfuit mais a continué à marcher, en mettant une seule main sur une oreille pendant seulement quelques secondes, tranquille et relaxée. Son langage spontané a déjà augmenté. J’ai une grande confiance pour la suite.
La mère, Gabriella P.

Luca M, 10 ans, Ermatingen, 2010, durant le cycle AIT.
Nous avons débuté un cycle AIT il y a six jours pour le problème de grande sensibilité de l’ouie de notre fils qui a une forme légère d’autisme et présente des problèmes de langage.
Après cinq jours d’AIT, Luca nous a dit spontanément que le bruit dans ses oreilles était « mort » !!! Il est aussi devenu plus calme et nous remarquons qu’il reste à table beaucoup plus longtemps, mange beaucoup plus ! La pâleur du visage a disparue, il fait des phrases plus complètes. La terreur du bruit des moucherons et moustiques, qui allait jusqu’à le faire vomir parfois, semble disparue car en présence d’un moustique ces jours ci il est resté tranquille et l’a simplement écrasé entre ses mains.
Tous ces changements en si peu de jours nous ont surpris et remplis d’une grande joie.
Nous espérons vivement que notre fils continue à faire des progrès et remercions vivement Mme Sophie Chastel pour ses soins.
La mère, Jolanda M. qui ultérieurement relève un fait nouveau : rentré à la maison Luca a énoncé une phrase complète en allemand

William B, 13 ans, Saint Genis les Ollières, 2009, au 6éme jour du cycle AIT.
Ce matin mon fils William a "oublié" de mettre ses bouchons de gommes (bouchons qu’il met toujours dans ses oreilles dés son lever pour prévenir sa grande hypersensibilité auditive) et comme je lui en faisais la remarque il m’a dit : "Maman, pourquoi je deviens sourd ?" !!
Je lui ai expliqué qu’il commençait peut être à avoir une audition plus normale.
La mère, Chantal B.

Sara A, 6 ans, Lecco, 2008, après un cycle AIT.
Le premier cycle AIT suivi par ma fille Sara s’est déroulé en mars 2008. Au début nous avons eu quelques difficultés à lui faire porter le casque ensuite elle l’accepta. Je ne notais rien de particulier à part une forte augmentation des stéréotypies verbales et de l’écholalie. A notre retour, après deux semaines, je l’emmenais à son rendez vous habituel avec l’ostéopathe qui, à mon très grand étonnement, me dit que Sara était parfaitement équilibrée cérébralement contrairement à avant. Je fus surprise du fait qu’elle me conseilla vivement de refaire cette méthode alors qu’elle ne la connaissait pas.
Après quatre mois Sara n’avait plus de problème avec le bruit du sèche cheveux et d’autres bruits qui la gênaient beaucoup avant, le langage aussi s’améliora. La plus grande amélioration arriva à la reprise de l’école : le comportement hyperactif et opposition aux changements.
Sara maintenant va à l’école élémentaire elle reste en classe assise avec ses compagnons et fait les mêmes activités avec d’excellents résultats. Nous sommes en train de faire le second cycle.
La mère, Ombretta F.

Jacopo C, 8 ans, Inzago, 2006, trois mois après le cycle AIT.
…Le changement qui nous a le plus frappé a été celui de l’utilisation du crayon. Jacopo avait toujours refusé d’utiliser cet instrument. Maintenant il commence à apprendre les voyelles, fait des exercices de prégrafisme et surtout ne s’oppose plus aux activités que la famille ou les enseignantes lui proposent.
Deux mois après la fin des séances AIT, Jacopo ne se bouche plus les oreilles.
Il lui arrive de s’asseoir devant le piano et, à sa manière, essaye de chanter.
Son vocabulaire s’est enrichi, et, alors qu’avant quand on lui proposait des images il restait muet, aujourd’hui il les nomme pour la plupart.
Il est devenu un enfant plus obéissant avec moins d’opposition aux changements.
Il a commencé à faire de la bicyclette avec des petites roues
A l’école, les enseignantes ont aussi observé un changement…
La mère, Ivana V.

Gregorio V, 6 ans, Poggio Rusco, 2005, au 9ème jour de l’AIT.
Mon enfant de 6 ans et demi, autiste, suit la méthode AIT avec Sophie Chastel.
Les premières séances ont été assez tranquilles, puis vers le quatrième/cinquième jour quelques réactions sont apparues dont Madame Chastel nous avait prévenus (augmentation de la nervosité, réveil nocturne, plus de sensibilité auditive, plus d’écholalies) qui ensuite ont diminué les jours suivants.
Maintenant, (neuvième jour) nous notons une meilleure expression verbale (avec des phrases plus longues, plus de commentaires spontanés) et une amélioration de la prononciation.
De plus il est plus attentif et répond plus rapidement aux questions qu’on lui pose. Nous continuerons à observer si d’autres changements interviennent.
La mère, Rita G.

Marco B, 9 ans, Roma, 1999, au 10ème jour de l’AIT avec la CF (les fautes de frappes ne sont pas retranscrites)
Chère Sophie, Je te remercie de t’être occupée de moi pour moi la thérapie a été une épreuve agréable. Maintenant j’entends plus limpide et les paroles se divisent mieux.
Merci.

Fabrizio D.A., 11 ans, Torino, 1998, au 10 ème jour de l’AIT, avec la CF
La mère : Aujourd’hui c’est le dernier jour, tu veux dire quelque chose à Sophie ?
Fabrizio : merci de son aide maintenant j’entends mieux
La mère : Que veux-tu dire ?
Fabrizio : j’arrive à entendre sans barricader les oreilles
La mère : Parce qu’avant tu les barricadais ? Comment faisais- tu ?
Fabrizio : trop de sons empêchaient d’utiliser les oreilles j’isolais des parties du cerveau.
La mère, Tiziana M.D.A.

Enrico L, 10 ans, Trieste, 1997, après huit jours de l’AIT, avec la CF.
La mère : Comment te sens-tu après huit jours d’éducation musicale ?
Enrico : je me sens très bien heureux même si je sens dans la tête de l’anxiété et envie de faire rien en fait je ne veux pas jouer
La mère : Qu’est qui s’est amélioré ?
Enrico : ce que j’entends maintenant arrive justement dans l’oreille et n’est pas perdu par erreur
La mère : Expliques- toi mieux
Enrico : les paroles ne sont pas perdues pendant que je tente de faire ce que je dois
La mère : Tu veux dire que dans une longue phrase aucune parole n’est perdue ?
Enrico : oui maintenant moins parce que je perds du temps à penser comment faire et les paroles tardent à sortir de la tête et de la bouche.
La mère, Maria L.

Andrea P, 13 ans, Antroloco, 1996, début du deuxième cycle AIT.
Andrea est autiste et souffre d’une hypersensibilité, il ne supporte pas les bruits forts et aigus de certains appareils électriques, de certains sifflements, mais il aime beaucoup la musique. Pour se protéger de la douleur il se bouche les oreilles…Andrea entend aussi un bruit (comme celui d’un « grattoir » dit-il) dans sa tête parfois et qui le fait beaucoup souffrir… Il y a six mois il a fait l’AIT avec Madame Chastel et dès les premières séances il avait dit qu’il sentait que cela lui faisait du bien, « les sons arrivaient à son cerveau sans douleur  », qu’il entendait les sons plus nettement, qu’il arrivait à supporter les bruits et les voix aiguës …..
Les changements sont arrivés après deux mois : il ne se bouche les oreilles que rarement, il supporte mieux les bruits et n’entend plus le bruit du « grattoir », il me demande souvent de refaire un cycle AIT.
Nous sommes au début du second cycle…..et je peux dire qu’il parle déjà beaucoup plus. A la fin des séances il ne veut pas s’enlever le casque, il aimerait continuer indéfiniment car selon lui cela lui fait beaucoup de bien.
La mère, Ines P.

Giulia M, 7 ans, Marina di Pietra Santa,1995, vingt jours après l’AIT.
Ma fille Giulia est née avec une lésion mésencéphalique et corticale diffuse avec retard psychomoteur global….. elle prononce seulement des mots simples d’une manière tellement désarticulée que seule la famille peut la comprendre…déjà au troisième jour des séances, nous notions que - le ton de la voix s’est normalisé (avant Giulia murmurait comme si sa propre voix la gênait ), et elle parle plus….
le nombre des mots a beaucoup augmenté et la prononciation s’est améliorée,
elle a commencé à faire des phrases utilisant de trois à six mots,
elle se rend compte du bruit des voitures, bruits ignorés avant,
par contre les bruits de certains appareils électriques ne la font plus souffrir.
un grand bénéfice pour le langage, une audition presque normalisée.
La mère, Maria Paola M.

Giovanni B, 13 ans, Milano, 1994, fin du deuxième cycle AIT.
…. Notre fils Giovanni, autiste, a fait deux fois l’AIT avec Sophie Chastel.
En 93, à 12 ans, il présentait une intolérance si marquée à certains sons et bruits qu’il refusait de marcher dans la rue, s’échappait en criant à l’aboiement des chiens et au bruit du marteau piqueur, sur la plage il ne supportait pas les voix aiguës des enfants et le bruit des vagues…..
….. Après l’AIT, Giovanni était encore gêné par les bruits mais il les tolérait et affrontait les situations, il s’est remis à marcher dans la rue et était tranquille et souriant sur la plage.
Le changement le plus évident, à part la tranquillité de fond, a été au niveau de l’endormissement et du sommeil…(avant il souffrait d’insomnies).
Maintenant, en 94, Giovanni traverse une phase de grande anxiété due au développement pubère et au changement de classe….
Au quatrième/cinquième jour de l’AIT, il s’est calmé et ensuite est apparue l’augmentation de l’utilisation du langage (…il a un langage mais qu’il n’utilisait pas) Ces changements durent toujours.
La mère, Docteur Stefania B.